05 décembre 2016

Il faudrait pour grandir oublier la frontière – Sébastien Juillard

Il faudrait pour grandir... est une novella de science-fiction publiée par les éditions Scylla. Novella veut dire un court roman, 111 111 signes exactement, une bonne lecture pour un court voyage en train, d'autant que dans ce cas vous aurez le voyage à l'intérieur du voyage. Le récit met en scène une poignée de personnages, Keren, soldat de l'armée israélienne, Jawad, ingénieur palestinien, Bassem, terroriste, et quelques autres, dans la bande de Gaza dans une trentaine d'années. 
Par le choix de son sujet, la densité du récit et de la caractérisation, Il faudrait pour grandir... est un petit bouquin très dense qui contient autant d'idées que certains gros romans. L'auteur a un vrai talent pour faire passer en quelques lignes des idées de SF étranges (comme la psycho-chirurgie) et des situations géopolitiques compliquées. C'est jouissif pour l'amateur de boissons fortes, ça pourra peut-être égarer ceux qui préfèrent plus d'explications. On est dans une SF à la Lucius Shepard (moins incarnée, peut-être), mêlant actualité géopolitique et sense of wonder.
Une semaine après la lecture, je retiens de belles atmosphères de peur et d'attente, et Keren, beau personnage de femme, autour de laquelle gravite ce drôle de petit récit. Et, plus littérairement, une certaine idée de la manière dont nos positions politiques sont construites à partir de récits de fiction auxquels nous avons envie de croire, très belle idée.
In fine, rappelons que comme tous les livres publiés par Scylla et Dystopia, ce petit bouquin est très beau – magnifique couverture, fabrication impeccable, un bonheur de bibliophile – et même pas cher (cliquez sur le lien, en haut de l'article). Et les amateurs de Yirminadingrad verront quelques ponts vers leur cité balnéaire préférée.



03 décembre 2016

The Expanse

J'ai enfin fini de regarder les dix épisodes de The Expanse



The Expanse est une série de science-fiction, située au 23ème siècle, alors que l'Humanité a colonisé le système solaire. Les personnages en sont attachants (un équipage sans attaches, un détective privé de la ceinture d'astéroïde...) et plutôt bien écrits même si les acteurs, comme c'est souvent le cas dans ce genre de production, les jouent de manière assez plate (une manière de voir si un personnage a de l'importance, c'est de compter son nombre de visages. Une expression: personnage mineur. Deux expressions: personnage moyen. Trois expressions: personnage majeur). Le scénario est à base de guerre froide entre la Terre et Mars, de bio-machins et de nano-trucs, sur fond d'émancipation des Belters, cette population plus ou moins exploitée vivant sur les asteroïdes et alimentant les autres en ressources.


Je ne crache pas dans la soupe: l'histoire est bien menée, est intéressante, a du rythme. Le scénario a remarquablement peu de graisse – j'entends de scènes de remplissage. Les personnages sont bien écrits, ont des réactions intelligentes et on se prend d'affection pour eux. La dimension politico-sociale de l'histoire est bien traitée. Le groupe de héros est un vrai groupe de PJs, incarnés par des joueurs pas trop lourds (les rôlistes comprendra là que je fais un compliment aux scénaristes).

 
La principale qualité de cette série, toutefois, n'est pas là: elle est dans la manière dont elle met en scène son univers, un des plus crédibles que j'ai vus depuis longtemps. La SF spatiale de The Expanse est à la fois impressionnante et un peu sale, les machines sont plus ou moins fiables, on imagine très bien la vie quotidienne à bord. Les conflits sociaux sont présents, les scandales sanitaires, les problèmes d'argent, les formes de société novatrices... (quelque part, cette série est l'héritière du premier "Alien", avec son vaisseau crado et ses prolos de l'espaaaace) 



Les petits objets de la vie de tous les jours (je pense aux "comm" qui servent de smartphones) sont très bien imaginés. Sur ce point, on se régale, on fait attention aux mille petits trucs "qui font vrai", comme les déformations physiques des Belters, les sièges anti-G, etc., etc.
Et moi, quand on arrive à me faire croire à la fiction, et à la science-fiction, j'applaudis des deux mains en apesanteur.  (et puis tiens, je vais me faire offrir les bouquins)


Remember the Cant !

24 novembre 2016

Sarah & Pandemonium - Bec & Raffaele

Sur conseil ardent d’un blogueur dont le nom seul ferait de lui un bon méchant dans un film de nazisploitation, j’ai lu quelques albums de Christophe Bec.

Les trois tomes de de la série Sarah
Ville isolée des USA au passé pesant, belle fille traumatisée par un tueur en série pédophile, élément fantastique et bruits bizarres dans la forêt. On est dans une série B d’angoisse, on sursaute dans le noir dans les maisons vides,  et les campeurs qui s’aventurent tous seuls dans la forêt finissent tous mal en dispersant leur tripaille. Le dessin est très réussi et plonge dans l’ambiance. Pour le reste, on est dans un monde de clichés allant volontiers dans le glauque. 


Les deux premiers tomes de Pandémonium
Un grand hôpital isolé aux US dans les années 50. Enfants et adultes atteints de la tuberculose. Un lourd passé, des squelettes enfouis, une petite fille qui voit des fantômes, et on sursaute en tournant les pages. Je pourrais faire les mêmes remarques que le précédent : c’est très réussi pour ce que c’est, une série B d’horreur angoissante, mais je crois que tout ça n’est pas ma came. 





23 novembre 2016

Nos folies douces -- fréville

Ce recueil de nouvelles de fréville nous emmène, dans chacun de ses six textes, sur des terrains bizarres et glissants, traités avec un humour pince- sans-rire.
Dans l’étrangleur amoureux, on écoutera la confession d’une femme dont l’amant bizarre m’a fait penser à l’amusante comédie So I married an Axe Murderer. Dans le paradis de Valentin, un petit garçon en route pour les vacances se demande si la voiture de ses parents est bien arrivée à l’endroit espéré. On visitera aussi un étrange monde de poupées, on fera un voyage spatial à bord d’un vaisseau un peu défectueux, on visitera un Far-West de banlieue...

Ces récits sont tous à la fois amusants et un peu dérangeants, jouant sur nos politesses, nos gênes sociales et nos secrets cachés. Chacun construit un univers à sa façon, décalé et glissant. Le ton et le style sont très agréables, la narration parfois un peu trop distendue. Il est toutefois réjouissant de lire que s’écrivent encore de nos jours de ces histoires bizarres et un peu cruelles, très françaises, dans la lignée des délicieuses frayeurs de Maurice Pons, ou des nouvelles fantastiques de Marcel Aymé.

12 novembre 2016

Charlie et le Grand Ascenseur de verre - Roald Dahl


On l'aura compris : toute la famille chez nous adore les romans de Roald Dahl.

L'ascenseur de verre est la suite de Charlie et la chocolaterie. Et pour une suite, c'est une suite : tout se passe dans une seule journée, juste après que Charlie a récupéré les clefs de la merveilleuse chocolaterie. Il embarque donc sa famille (deux parents, trois grabataires et grand papa Joe) en compagnie de Mr Willy Wonka, tout le monde saute dans le Grand Ascenseur pour rejoindre la chocolaterie et... rien ne se passe comme prévu.
OK, je l'admets, ce roman n'est pas le meilleur de Roald Dahl. L'histoire paraît avoir été écrite de manière complètement frénétique, à la va-comme-je-te-pousse. On y verra des extraterrestres, du Wonki-Forta et du Forti-Wonka, un président des Etats-Unis et son entourage complètement idiot, on montera très haut et on descendra très bas. Roald Dahl est en roue libre, ça part n'importe où n'importe comment et c'est très très très drôle. Et rien que pour ça, pour ses dialogues délirants et ses personnages idiots, le livre vaut le coup d'être lu. On a bien ri.

11 novembre 2016

Lord Peter et l'inconnu – Dorothy Sayers

Au matin, juste avant de prendre son bain, M. Thipps, respectable architecte vivant près de Battersea Park, trouve dans sa baignoire le cadavre d'un homme, vêtu uniquement d'un lorgnon.
Suite à notre lecture du mort du dix-huit juin, nous nous sommes lancés avec délice dans un nouveau Lord Peter. Or donc, l'élégant aristocrate accompagné de son fidèle Bunter, assistant l'inspecteur Parker de Scotland Yard, va éclaircir une histoire à la fois compliquée et amusante. Plus axé polar à énigme et moins roman de moeurs que le précédent que nous avions lu, Lord Peter et l'inconnu est un divertissement brillant qui ménage d'étonnants moment de méta-littérature où l'auteure s'adresse à nous à travers son personnage, des moments émouvants et une très belle scène de suspense. Même si ce livre a été sans doute conçu comme un pur divertissement, il offre beaucoup plus. Nous le recommandons chaudement.

10 novembre 2016

Les cinq conteurs de Bagdad – Vehlmann et Duchazeau

Dans la cité magnifique des conteurs, le Calife organise un concours qui rendra riche et célèbre celui qui racontera la meilleure histoire. Cinq conteurs (parmi les 1000 candidats) s'associent pour parcourir le monde à la recherche de cette dernière, et c'est leur histoire que nous allons lire. Les cinq conteurs est une histoire sur les histoires, un vertige narratif truffé de mises en abyme, un jeu parfois drôle, parfois tragique, où des questions sont données à certaines questions pour mieux masquer certains mystères.
Le dessin est superbe, les personnages très réussis et l'histoire très habile. Tout en étant impressionné par le tour de force, j'ai gardé une relation très intellectuelle avec ce livre : je suis resté admiratif, mais pas ému.